Sonia Hamon, franchisée à Granville et Saint-Lô, témoigne sur sa réussite au sein de La Maison Des Travaux

Sonia Hamon, franchisé à Granville et Saint-Lô, vous fait part dans cet interview, de son parcours et son développement au sein de La Maison Des Travaux.e

Vous faites partie du réseau La Maison Des Travaux depuis 10 ans et gérez les agences de Granville et Saint-Lô. Comment avez-vous connu ce réseau ?

Sonia Hamon (SH) : C’est au salon de la franchise que j’ai découvert La Maison Des Travaux. En faisant le tour du salon, je me suis arrêtée sur leur stand. C’était en 2009. Je recherchais une nouvelle activité. J’avais envie de changement mais sans idée précise.

 

Quel est votre parcours professionnel ?

SH : J’ai fait une école de commerce pendant trois ans puis j’ai travaillé dans les assurances en tant que conseillère auprès des particuliers et des professionnels. J’ai exercé en tant que courtier en travaux La Maison Des Travaux durant 5 ans à domicile. En 2014, j’ai ouvert ma première agence à Granville. Fin 2018, j’en ai ouvert une seconde à Saint-Lô.

Comment résumeriez-vous votre métier en quelques mots ?

SH : Il consiste à accompagner les clients dans leurs projets de vie. Il s’agit de faciliter la réalisation de leurs travaux en leur faisant gagner du temps et de l’argent. Il faut s’adapter à leurs projets pour leur permettre de réaliser ce qu’ils souhaitent dans le respect de leur budget. Les clients ont déjà une idée bien précise de ce qu’ils veulent faire lorsqu’ils nous contactent. Le courtier conseille les clients au regard de leurs besoins et attentes, chaque projet étant personnalisé.

 

Comment avez-vous développé votre secteur ?

SH : Pour commencer, il a fallu développer les prescriptions. Le premier apporteur d’affaires, ce sont les agences immobilières. Développer les prescriptions est un travail de tous les jours. La communication est également primordiale. Elle s’effectue à travers le site de l’agence et les réseaux sociaux. Le bouche à oreille permet aussi d’être recommandé par les clients satisfaits auprès de leurs familles de leurs amis. La satisfaction client est donc notre objectif premier. Avec certains clients, nous en sommes à la deuxième ou troisième phase de travaux en 10 ans. Dès lors que nous commençons avec eux, ils poursuivent à nos côtés.

L’ouverture de votre troisième agence est prévue cette année. Quelles sont les clés d’une telle réussite ?

SH : Les clients ont besoin de rencontrer les courtiers sur place pour être accompagnés de A à Z dans leurs projets. Cela les rassure. Posséder un pas-de-porte permet d’accueillir la clientèle et d’accroître sa crédibilité, ce qui entraîne naturellement le développement de l’activité. Il faut jouer la carte de la proximité. L’ouverture d’agences explique notre réussite. Même si Granville se trouve à seulement 30 minutes d’Avranches, la distance ne convenait pas aux clients. En septembre 2019, nous allons donc ouvrir une nouvelle agence au centre-ville d’Avranches car il y a une réelle demande.

 

Comment organisez-vous la gestion de vos deux (et prochainement trois) agences au quotidien ? Avez-vous des collaborateurs ?

SH : J’ai recruté des collaborateurs au fur et à mesure du développement de mes agences. Je travaille sur l’agence de Granville avec un partenaire courtier qui a été formé en apprentissage durant deux ans avant d’être embauché. J’ai également recruté une assistante commerciale qui gère toute la partie communication, l’accueil des clients et les contacts téléphoniques. Je me rends une journée par semaine sur Saint-Lô où travaillent un autre partenaire courtier et une autre assistante commerciale qui est en contrat de professionnalisation. Dès la fin de l’année, je passerai également une journée par semaine à Avranches où l’équipe sera également composée de ces deux types de professionnels.

Devenir courtier, est-ce un projet qui peut être envisagé par tout un chacun quel que soit son profil initial ? Quels savoir-faire et savoir-être faut-il posséder pour devenir courtier en travaux ?

SH : Oui mais il faut savoir se montrer à l’écoute des clients, faire preuve d’empathie et aimer le métier de courtier qui consiste à accompagner les clients dans les différentes étapes de leurs projets. L‘idéal est de posséder un minimum de connaissances dans le milieu des travaux mais ce n’est pas indispensable. Cela contribue toutefois à un démarrage plus rapide. Le profil idéal est un profil de commercial. Nous ne sommes pas des techniciens du bâtiment. Nous nous référons aux artisans. Ce sont eux les maîtres de l’art.

 

Comment vous accompagne la tête de réseau/le siège La Maison Des Travaux au quotidien ?

SH : Nous recevons des formations ponctuelles, participons à des réunions et contactons le siège dès que nous avons une question. Nos interlocuteurs sont réactifs et nous accompagnent en s’adaptant et en répondant à nos problématiques de courtiers. Il y a une proximité entre le siège et les franchisés. Il est à la fois disponible pour moi, mes partenaires et salariés. Dernièrement, nous avons par exemple prévu de mettre en place une formation commerciale pour l’une de mes assistantes commerciales.

 

Comment voyez-vous votre avenir à La Maison Des Travaux ?

SH : Notre projet est de continuer à se développer, à s’étendre dans le domaine de la rénovation de maison et de la réalisation d’extensions.

 

Interview réalisée en avril 2019 par Héloïse Morée, Ecriture et Biographies

Découvrez La Maison Des Travaux en photos

Retour en images sur les grands évènements du réseau La Maison Des Travaux : conventions nationales, rencontres avec nos partenaires, inaugurations d'agence...